Actualites - Tirer le meilleur parti de sa GTB grâce au pilotag...

Tirer le meilleur parti de sa GTB grâce au pilotage intelligent

Article d'expert

Dans le contexte écologique actuel, la nécessité de réduire les consommations énergétiques est telle que les fonctions habituelles de surveillance des installations d’un système de Gestion Technique du Bâtiment (GTB) ne sont plus suffisantes. Associer à sa GTB des fonctions de pilotage intelligent permet d’atteindre ses objectifs d’efficacité énergétique tout en préservant le confort des usagers. Voici quelques éléments sur le pilotage intelligent en lien avec une GTB intégrant une solution de supervision.

Qu’entend-on par pilotage intelligent du bâtiment ?


Surveiller et réagir en fonction des événements n’est plus suffisant. Il devient nécessaire d’anticiper le fonctionnement du bâtiment et de faciliter la prise de décision opérationnelle et stratégique en ciblant les améliorations énergétiques sur lesquelles investir.     
Il faut donc disposer d’un  système de GTB capable d’adapter le fonctionnement du bâtiment en temps réel à son usage réel (moins chauffer une salle de réunion lorsqu’elle est inoccupée par exemple). Elle doit aussi être capable de mettre en forme les données produites par le bâtiment et les croiser avec d’autres données. L’objectif : assurer un suivi d’exploitation efficace pour détecter, par exemple, au plus tôt les contextes potentiellement responsables de dérives. 

L’utilisation d’indicateurs de performance (KPI) dits préventifs est donc primordiale car c’est à travers eux qu’il est possible de détecter rapidement les écarts de performance, de réagir et agir (corriger les résultats à venir).  Par opposition, les solutions traditionnelles (GTB de niveau 1) proposent des indicateurs de résultats dont la fonction n’est pas de mesurer l’impact des actions en cours afin de les adapter, mais ont pour rôle de constater le résultat après coup et d’en tirer des conclusions souvent tardivement.

 

Les éléments clés du pilotage intelligent


La Gestion Technique du Bâtiment doit être en mesure de collecter et centraliser l’ensemble des données liées au fonctionnement de ce dernier mais aussi de sources externes type prévisions/données météorologiques. Si les données existantes ne sont pas suffisantes, l’ajout d’objets connectés à la GTB permet de compléter, à moindre coût, les informations manquantes à une gestion optimale.

A partir de l’ensemble de ses données, la GTB doit être capable de produire des indicateurs clés de fonctionnement en croisant et remodelant les données brutes. Le choix des indicateurs doit être pertinent et en phase avec la stratégie d’exploitation du bâtiment. Pour exemple, la GTB doit être en mesure de signaler, sans délai, une consommation anormalement élevée par rapport à la moyenne constatée les mois précédents corrigée des conditions climatiques.

Des tableaux de bord adaptés aux besoins des différents acteurs du bâtiment sont mis à leur disposition leur permettant ainsi d’accéder rapidement, ergonomiquement et de manière contextualisée aux indicateurs de performance. Une présentation graphique facilite la compréhension et l’exploitation des informations. De manière générale, les informations utiles au diagnostic doivent être facilement accessibles (par le biais d’un navigateur Web par exemple) afin d’optimiser sans délais les interventions et le réglage des équipements.

Au final, l’exploitant peut - en fonction de l’évolution des indicateurs de performance - anticiper et ajuster ses opérations de maintenance et régler au plus juste les équipements. Le gestionnaire peut, quant à lui, évaluer l’impact des améliorations énergétiques récemment menées et choisir celles qu’il va déployer plus largement. Enfin, l’usager devient acteur du bâtiment car la GTB met à sa disposition des interfaces permettant d’agir sur les paramètres de son environnement (consignes de température ou calendrier d’occupation par exemple) et de constater l’effet de ses actions via des tableaux de bord appropriés.

 

Piloter intelligemment son bâtiment, c’est d’abord commencer par bien exploiter les données produites et connexes au bâtiment via des interfaces conçues sur mesure pour les besoins des différents acteurs. Un logiciel de supervision, tel que Topkapi, intégré à la GTB permet de répondre via une solution unique à l’ensemble des besoins d’analyse, de présentation et donc d’exploitation des données. Avant même de se lancer dans l’Intelligence Artificielle, autre moteur du pilotage intelligent, il est de bon sens de déployer une GTB bien réfléchie dont l’épine dorsale est un logiciel de supervision.
 



Focus sur la plateforme OPERAT 
 

La plateforme OPERAT, opérée par l’ADEME, permet aux structures soumises au décret tertiaire (bâtiments de plus de 1 000 m2 abritant une activité tertiaire) de déclarer leurs activités par catégorie. Il est notamment obligatoire de préciser le volume d’activité, les surfaces, la zone climatique et les consommations énergétiques associées par usage (chauffage, climatisation, etc.) et par type d’énergie. Le bilan énergétique annuel fourni par OPERAT permet de qualifier objectivement les consommations comparées au référentiel par activité corrigées des variations climatiques et du volume d’activité.

Logo OPERAT

 

Topkapi : solution de supervision intégrée à la GTB
L’utilisation d’un système de Gestion Technique du Bâtiment (GTB) est désormais incontournable. A la clé, un bâtiment économe, pérenne et attractif conforme aux contraintes et aux usages d’aujourd’hui et de demain. Découvrez comment la plateforme logicielle Topkapi se positionne comme l’intelligence de la GTB pour le traitement opérationnel des données du bâtiment.
En savoir plus

Toute l'actualité AREAL