Actualites - Gestion Technique du Bâtiment – GTB : définition e...

Gestion Technique du Bâtiment – GTB : définition et services

Article d'expert

La GTB beaucoup en parlent mais qu’y a-t-il exactement derrière ce sigle ? AREAL se propose de répondre aux principales questions : définition de la Gestion Technique du Bâtiment, usages et services apportés.

Qu’est-ce qu’une Gestion Technique du Bâtiment ?


La Gestion Technique du Bâtiment ou GTB désigne de façon courante le système informatique d’aide à la gestion des équipements techniques d’un bâtiment (plutôt grand industriel ou tertiaire). De plus en plus répandus, les systèmes GTB répondent aujourd’hui aux besoins d’exploitation et de maintenance efficaces d’un bâtiment. Les objectifs à atteindre : confort des occupants, optimisation des consommations énergétiques et maintenance préventive. Le déploiement d’une GTB devient une obligation réglementaire pour des bâtiments d’une certaine surface.
 

La GTB pour quelles installations techniques ?


Historiquement, le périmètre de la GTB concernait les équipements liés au confort thermique et donc à la CVC (Chauffage, Ventilation, Climatisation, eau chaude sanitaire, etc.). Le périmètre a ensuite été élargi aux équipements liés à la distribution électrique (transformateurs, cellules électrique, onduleurs, groupes électrogènes, etc.). Aujourd’hui, la GTB sert au pilotage global du bâtiment avec une prise en compte des autres lots techniques (auxiliaires de chauffage/ventilation, éclairage, stores, sûreté, contrôle d’accès, alarmes, ascenseurs, équipement informatique, bureautique et réseaux)
 

Quels sont les services apportés par une GTB ?


Une GTB peut être classée selon trois niveaux de service et de performance selon le CEREMA* :

  • Niveau 1 : Surveillance des installations techniques

Une GTB de niveau 1 assure le pilotage des équipements (calendrier, consigne, etc.), l’identification des dérives de fonctionnement via des indicateurs simples et le signalement des dysfonctionnements via la génération d’alarmes. Elle n’intègre pas forcément de logiciel de supervision. Elle est de moins en moins déployée car elle n’intègre pas les fonctions de supervision et de suivi énergétique indispensables pour atteindre l’objectif de sobriété énergétique.

  • Niveau 2 : Supervision pour assurer le confort tout en optimisant les coûts d’exploitation

En plus des fonctions d’une GTB de niveau 1, une GTB de niveau 2, centralise les informations pour permettre d’avoir une vision d’ensemble et de réaliser un pilotage intelligent des installations techniques grâce à des indicateurs temps réel prenant en compte plusieurs paramètres (confort, présence, fonctionnement, consommation, prévisions météo, etc.). Elle est le plus souvent équipée d’un logiciel de supervision.
Le pilotage intelligent permet d’agir sur la programmation des équipements et d’ajuster le fonctionnement au besoin réel des usagers et du contexte d’exploitation.

  • Niveau 3 : Suivi énergétique pour optimiser l’efficacité énergétique

Le niveau 3 ajoute aux niveaux précédents la fonction de suivi énergétique pour mesurer en détail les consommations, les analyser, mettre en place un plan de suivi et cibler des améliorations.    
Cette fonction nécessite un outil de traitement des données pour la mise en place de tableaux de bord personnalisables et évolutifs afin de produire des analyses de plus en plus fines.     
Ces analyses ont pour but l’identification des équipements les plus énergivores et des contextes de surconsommation afin de cibler les améliorations énergétiques possédant le meilleur ROI et sensibiliser les acteurs du bâtiment à l’impact de leurs usages.

Avec Topkapi, AREAL a fait le choix de proposer une solution de supervision qui permet d’atteindre le niveau 3 d’une GTB. Outre les fonctions traditionnelles d’un outil de supervision, Topkapi intègre nativement, sans faire appel à des logiciels tiers, les fonctions de suivi énergétique.

Le contexte écologique ainsi que les décrets Tertiaire et BACS associés rendent désormais l’utilisation d’une GTB indispensable. Cependant, le choix parmi une offre pléthorique n’est pas aisé. La norme EN 15 232 et les études terrains réalisées, notamment par le CEREMA, permettent de prendre du recul sur les niveaux de service offerts par une GTB et les gains observés lorsque l’on passe d’un niveau à l’autre. Pour exemple, entre une GTB de niveau 1 qui réalise simplement la fonction de surveillance et une GTB de niveau 3 qui intègre un logiciel de supervision et le suivi énergétique, on constate une économie de chauffage pouvant aller jusqu’à 38 %. 

 

* Le Cerema, établissement public sous la tutelle du ministère de la Transition écologique et de la Cohésion des territoires, accompagne l’État et les collectivités territoriales pour l’élaboration, le déploiement et l’évaluation de politiques publiques d’aménagement et de transport. 

 

Les avantages d'une GTB de niveau 3

Une GTB de niveau 3 (la classe A aux yeux de la norme EN 15232) présente les avantages suivants :

  •      Une réduction avérée des consommations d’énergie.
  •      Une aide à la maintenance des équipements grâce à la détection rapide d’incidents et la mise en place d’alarmes ciblées pour permettre des interventions rapides.
  •      Une optimisation des coûts d’exploitation grâce au pilotage intelligent qui conduit à une gestion préventive voire prédictive de la maintenance.
  •      Une contribution à la protection de l’environnement par une gestion dite « smart » du bâtiment.
  •      Un confort renforcé pour l’usager tout en l’incitant à un comportement plus sobre.
Topkapi : solution de supervision intégrée à la GTB
L’utilisation d’un système de Gestion Technique du Bâtiment (GTB) est désormais incontournable. A la clé, un bâtiment économe, pérenne et attractif conforme aux contraintes et aux usages d’aujourd’hui et de demain. Découvrez comment la plateforme logicielle Topkapi se positionne comme l’intelligence de la GTB pour le traitement opérationnel des données du bâtiment.
En savoir plus

Nos dernières actualités